Lancement du Raid Latécoère Afrique !

Vendredi 2 Octobre, les 23 équipages participant à la 9ème édition du Raid Latécoère Afrique se sont retrouvés sur l’aéroport de Toulouse-Francazal, avec dans les esprits la perspective d’une fabuleuse aventure sur la trace de pionniers…

Les responsables de l’Aéroclub Pierre-George Latécoère, association organisatrice du Raid, les attendait pour un copieux briefing. Consignes de sécurité, étapes, programme, navigation… tout fut passé en revue. Sans oublier d’évoquer l’esprit du Raid et ses différents objectifs.
Le Raid propose de faire revivre l’aventure humaine, historique et sportive que fut celle des Lignes Latécoère – Aéropostale.
Il a également pour objectif d’entretenir la mémoire de ces Lignes et de tous ses pionniers, de faire l’inventaire des vestiges, mais aussi de soutenir des projets culturels et solidaires centrés sur l’éducation.

En fin de journée, une réception à l’aéroport de Blagnac, au restaurant le “8ème Ciel” a rassemblé pilotes, passagers, organisateurs, sympathisants et élus de la Mairie de Toulouse.

Pour cette édition et pour la première fois, 4 ULM font partie de la caravane; une prouesse administrative, sachant qu’en dernière minute la DGAC marocaine nous informait que le survol et les atterrissages ne seraient pas autorisés pour les ULM  !
La présence de L’Antonov AN-2 de l’Association Antonov Suisse Romande est également une première.

photo 2
L’appareil (revendiquant le titre de plus gros biplan monomoteur au monde!), datant de la fin des années 40, accompagne le Raid jusqu’à Laayoune et transporte entre autres, des fournitures scolaires, destinées à des écoles marocaines. Il servira également d’assistance technique.
Notons aussi la participation d’un équipage entièrement féminin !

 

Samedi 3 Octobre, à 12h15, décollait l’avion “ouvreur” du Raid. Un départ retardé par une météo légèrement capricieuse… Puis le ballet aérien a débuté avec les décollages successifs des 22 autres appareils en direction de l’Espagne.
Après le survol de Carcassonne et de la Baie de Rosas, un passage travers Barcelone, la traversée des marais de l’Ebro, atterrissage à Castellon, pour cette première étape, où une “indispensable” paëlla a su ravir les convives !

« L’Aérien pour relier les Hommes », telle était l’idée de Pierre-Georges Latécoère, fondateur des Lignes Aériennes Latécoère qui deviendront Aéropostale.
Cette phrase résume toute la philosophie du Raid Latécoère : une aventure emplie d’humanisme, qui rassemble les Hommes autour d’une histoire, une partie de notre patrimoine culturel.

 

Un peu d’histoire :

Le 25 décembre 1918, un avion français de type Salmson 2 se posa sur l’hippodrome de Barcelone, piloté par René Cornemont, avec Pierre-Georges Latécoère comme passager. Ce trajet, depuis Toulouse, fut effectué en 2h20.
Le 10 avril, après deux premières tentatives infructueuses, Beppo de Massimi et le lieutenant Rodier rallient Madrid depuis Barcelone, accomplissant un voyage d’étude d’embranchement de la Ligne.
Dans le contexte du contrat français signé en juillet 1919, Barcelone fait partie de la Ligne aérienne Toulouse-Rabat et compte comme première étape internationale sur cette ligne : Toulouse-Barcelone via Perpignan fait 380 kms sur les 1755 que compte Toulouse-Rabat.
L’aéroplace (comme on appelle un petit aérodrome à l’époque) de Barcelone, est aussi appelée “la volatéria” par les Espagnols.
A l’origine, il s’agit d’une bande de terrain de 200-300 m de large pour 600-800 m de long, placée au bord de la mer à une quinzaine de kilomètres de Barcelone.
Le terrain d’atterrissage étant marécageux, il séjourne dans le village de Pratt de Llobregat et le rallie d’abord par mule, puis plus tard au moyen d’une vieille Chevrolet Torpédo. La route étant longue et peu praticable, l’essence en bidons de 200 litres (taille standard) ne peut y être amenée et doit être transvasée dans des fûts de 50 litres amené par tartane.
Quant aux installations, elles consistent à l’origine en un hangar Bessoneau (une sorte de “kit” militaire), puis en une baraque en bois.
Parmi les pilotes qui seront basés à Barcelone, on peut citer Guénard, Jayet, Lunel, Benoit, Cavaillès, et Trachet.
Barcelone joue un rôle important dans la vie de la Ligne. En effet, les nouveaux pilotes, une fois formés, sont toujours « lâchés » d’abord sur Toulouse-Barcelone, où leur première « victoire » est de franchir les Pyrénées !