Jeudi 10 Septembre : Etape de Marseille

Quel beau et symbolique spectacle aujourd’hui à Marseille. Pour les nombreux spectateurs réunis sur le Vieux Port, tout autant que pour les pilotes ! L’approche et l’amerrissage devant l’entrée du Vieux Port de Marseille, restera un moment mémorable pour l’équipe du Raid hydravion.
« Il s’agissait de la première fois, depuis 70 ans, qu’un hydravion rentrait dans ce Port », rappela Yves Pleindoux, initiateur et co-organisateur de cette étape marseillaise et directeur du Hard Rock Café de la ville.

DSC00264
L’arrivée du Canadair et son remorquage jusqu’au quai de la Fraternité fit également sensation. Celui-ci a été mis en place à l’occasion de ce Raid grâce à la coopération de la Sécurité Civile qui organisa des visites de l’appareil tout au long de la journée

La cité phocéenne a toujours été le site privilégié de l’hydraviation, depuis le début du 20ème siècle. L’activité connaît ses premières heures de gloire avec Henri Fabre (1882-1984), ingénieur et aviateur français marseillais, inventeur en 1910 d’un «hydro-aéroplane» qui effectua son premier vol sur l’étang de Berre le 28 mars 1910. Notons aussi qu’en 1923, Marseille devient tête de ligne pour des liaisons commerciales, Latécoère, vers Alger.

Cette étape, en présence de Dominique Tian, 1er adjoint au Maire et de Maurice Dinocera, conseiller départemental, gagna comme les précédentes, son pari : entretenir cette mémoire, mais aussi montrer que l’hydravion a encore aujourd’hui toute sa place dans le paysage français.

DSC00268
L’événement se voulait aussi culturel. Michel Polacco, journaliste spécialiste de l’aéronautique et Laurent Albaret, historien, ont retracé lors de leurs conférences, les grands lignes de cette épopée. Et une remarquable exposition sur Pierre-Georges Latécoère et l’histoire de ses lignes aériennes et de l’Aéropostale a été particulièrement mise en valeur sous les splendides voutes du Hard Rock Café.

 

 

 

Mercredi 9 Septembre : Etape à Martigues

C’est ici, à Martigues, que commença l’hydraviation. Une étape en ces lieux historiques s’imposait donc !

Henri Fabre (né le 29 novembre 1882 à Marseille) a fait décoller le premier hydro-aéroplane sur l’étang de Berre, à Martigues, le 28 mars 1910.

L’appareil parcourut 800 mètres au-dessus de l’étang et se posa sur l’eau : c’était le premier hydravion au monde à avoir décollé de manière autonome. Il réussit son vol et son amerrissage !

Après une belle navigation sur le long de la côte, les appareils se sont posés sur l’Etang de Berre, une hydrosurface permanente créée en septembre 2013, rejoints par deux autres appareils locaux ; puis ont été « hébergés » sur la plage du Club de voile de Martigues.

Martigues

Durant la journée, des séances de simulateur de vol ont été proposées aux jeunes, par la section régionale de la FFPLUM (Fédération d’ULM), et une riche exposition sur l’hydraviation, présentée par Henri Conan, Président de l’Association « Mémoires de l’hydraviation ».

Notons la sympathique présence de Mario Fabre, le petit fils d’Henri Fabre.

Jeudi 10 septembre, suite de l’aventure à Marseille, avec des événements d’envergure organisés dans le Vieux Port et en ville.

Mardi 8 Septembre : Le Barcares / Saint-Laurent-de-la-Salanque

Mardi matin : décollage du lac de Villefranche de Panat.

Après un magnifique vol en patrouille, avec le survol du viaduc de Millau, les cinq hydravions ont amerri sur l’étang Salses-Leucate, accueillis par les communes du Barcares et de Saint-Laurent-de-la-Salanque.

Sur la Plage de la Coudalère, au Barcarès, les écoliers sont venus découvrir les appareils et l’activité « hydraviation » qui marqua l’histoire de la région il y près d’un siècle.

En soirée, Louis BASSERES et Jean-Pierre BOBO ont présenté et dédicacé leur ouvrage « L’épopée Latécoère et la base aéronavale de Saint-Laurent de la Salanque 1924-2015 », sur l’aire de détente de Saint-Laurent de la Salanque.

Mercredi matin, les hydravions ont de nouveau enchanté les riverains avec quelques passages bas et posés sur l’étang, avant leur départ pour l’escale de Martigues.

« En Septembre 2010, lorsque nous avons créé la Base Latécoère Catalane, notre projet était de faire renaître une activité hydravion sur l’étang », explique Philippe Delabarre, Président de l’Association, située sur l’Aéroport de Perpignan. La rencontre avec Hervé Bérardi, Président de l’Aéroclub Pierre-Georges Latécoère et l’organisation de cette étape du Raid, a ainsi permis de poser la première pierre à ce beau projet.

Un peu d’histoire

La base d’hydravions de Saint-Laurent-de-la-Salanque, appelée autrefois « Escale d’hydravions de Perpignan la Salanque », est construite entre 1924 et 1927. Couvrant près de 45 hectares, accolée à l’étang de Salses, elle est initialement une base de secours, puis un lieu pour les essais d’hydravions jusqu’en 1937. De nombreux Laté effectuent leurs premiers essais à Saint-Laurent. En 1926, a lieu le premier vol d’un Laté 21, piloté par Achille Anderlin. En novembre 1927, des essais ont lieu avec le Laté 24. En mars 1928, l’hydravion Laté 32 y fait son baptême de l’air avant d’entrer en service sur la ligne Marseille-Alger. Puis ce sont les Laté 28 et 38 que l’on croise sur Saint-Laurent-de-la-Salanque. En mars 1930, Jean Mermoz prépare son brevet de pilote d’hydravion sur cette base. En 1934, Antoine de Saint-Exupéry vient s’entraîner au pilotage des avions de gros tonnage avec le pilote d’essai Jean Gonord. En 1936, est enfin testé le dernier Laté, le 298-01, piloté par Jean Gonord. En 1937, la base de Saint-Laurent-de-la-Salanque est confiée à l’armée française par Air France. Elle devient un lieu d’entraînement pour les pilotes militaires jusqu’en 1939, puis une base de repli pour le groupe de chasse II/3 en 1940. Occupée par les Allemands le 12 novembre 1942, elle est fortifiée par ces derniers qui s’en servent comme base de reconnaissance d’hydravions. Le 13 août 1944, deux jours avant le débarquement de Provence, elle est bombardée par la Royal Air Force ; des hangars sont détruits, les Allemands quitteront le lieu en faisant sauter la grue de levage.

 

 

Lundi 7 Septembre : Etape Carbonne – Revel/Saint-Ferréol – Villefranche de Panat

Encore une météo idéale, de très beaux vols et de superbes sites d’amerrissages pour ce troisième jour du Raid Latécoère Hydravion !

La première escale de la journée s’est faite sur le bassin de Saint-Ferréol, situé au croisement de trois départements : l’Aude, le Tarn et la Haute Garonne.

 seamaxPX8B0494

Comme l’a souligné Bernard Gabolde, Président du Musée d’aviation Légère de la Montagne Noire (APPARAT), dans son intervention sur l’histoire du site, cette étape incite à ouvrir une page de l’histoire du lac de Saint-Ferréol, créé par Pierre-Paul Riquet entre 1667 et 1672, dans le but d’alimenter le Canal du Midi.

C’est le 27 décembre 1925, qu’eut lieu ici le premier amerrissage. Il s’agissait d’un bimoteur Lioré et Olivier, piloté par René Guilbaud et Albert Cavelier de Cuverville.

Plusieurs amerrissages suivirent, prélude d’une étude technique réalisée en 1932, en vue de la réalisation d’une escale sur la ligne Bordeaux-Marseille. Projet qui fut finalement abandonné.

L’hydrosurface, sur ce bassin de 1600 mètres de long, fut ouverte à l’occasion de ce Raid, accueilli par les villes de Revel et de Sorèze, ainsi que par la communauté de commune.

ferreolPX8B0531

Les trois PA18 et les deux Seamax ont redécollé dans l’après-midi pour aller amerrir au sud de Rodez, sur le lac de Villefranche de Panat ; une réserve EDF particulièrement appréciable !

Une belle soirée sur les bords du lac conclut magnifiquement cette journée.

Etape Biscarrosse – Carbonne / Région toulousaine

Les cinq appareils du Raid – trois hydravions Piper PA19 et deux hydro-ULM Seamax – ont mis le cap ce dimanche matin sur la région toulousaine et plus précisément, Carbonne.

Après une navigation d’1h45, à 3000 ft, avec un passage au nord de Mont de Marsan, puis un survol de l’aérodrome d’Auch, les amerrissages se sont enchainés sur la retenue du Mancies, de la Garonne. Les mouillages ont été effectués à la bouée et les équipages ont ainsi bénéficié d’une petite balade en barque pour rejoindre les berges !

Avec une météo cavok et un accueil des plus sympathiques par le Club de voile et Monsieur Bernard Bros, Maire de Carbonne, les ingrédients étaient réunis pour une journée réussie qui s’est poursuivie dans une ambiance conviviale et champêtre !

Les vols-découvertes effectuées à bord des PA19 hydravions furent aujourd’hui aussi particulièrement appréciés.Raid Laté Carbonne HydraPX8B0368

En fin d’après-midi, les équipages ont rejoint leurs embarcations pour quelques minutes de vol supplémentaires, en direction de l’aéroport de Toulouse-Francazal, leur escale-nocturne.

Lundi : étape suivante qui mènera l’équipe à Revel – Saint-Férreol.

Samedi 5 Septembre : Lancement du 1er Raid Hydravion !

C’est à Biscarrosse, capitale de l’hydraviation, qu’a eu lieu samedi 5 septembre le lancement du Raid Hydravion.

Une grande Première !

Un cocktail d’histoire, de projets et d’amitiés affichait d’entrée l’atmosphère de la journée, en présence de nombreuses personnalités du monde de l’aéronautique, tels que Frédéric Michelland, Président du directoire de Latécoère, Jean-Michel Ozoux, Président de la Fédération Française Aéronautique et Pascal Revel, de la Direction de la sécurité de l’Aviation Civile Sud-Ouest (représentant Patrick Gandil, Président de la DGAC).

Un émouvant témoignage de Léon Koening, dernier mécanicien sur le Laté 631 a permis aux participants de plonger dans l’histoire de l’hydraviation.

A l’occasion de cet événement, l’association Aquitaine Hydravions a inauguré le hangar Pierre-Georges Latécoère, sur l’’aérodrome de Biscarrosse-Parentis, en présence de Marie-Vincente Latécoère.

Tout au long de l’Après-midi, des vols-découvertes avec amerrissages sur le Lac Biscarrosse-Parentis, ont été organisés par Aquitaine Hydravions. Et le Musée de l’hydraviation a ouvert ses portes aux nombreux passionnés présents pour l’occasion.

Hervé Berardi, Président du Raid Latécoère, a présenté le projet de reconstruction du Laté 28. Cet avion qui fit la gloire de l’Aéropostale, a traversé pour la première fois l’Atlantique Sud, en 1930, avec aux commandes, Jean Mermoz.

Hélène Larrezet, première adjointe au Maire de Biscarrosse a quant à elle réaffirmé sa volonté de voir sa ville se positionner comme un acteur majeur de la renaissance de l’hydraviation en France.

Raid Amérique du Sud : 355 heures de vol effectuées sur les traces des pionniers de l’Aéropostale !

Après un magnifique périple de deux mois et 355 heures de vol effectuées par l’ensemble de la « caravane », tous les participants du Raid Latécoère 2015 en Amérique du Sud ont rejoint leurs bases respectives.

Des souvenirs plein la tête, des images plein les yeux, de formidables rencontres… un bilan plus que positif !

« Avec une simple licence de pilote privé, nous n’aurions jamais imaginé nous poser un jour sur ces terrains mythiques de l’Aéropostale, en tant que Commandant de bord. Cela fut une expérience unique et exceptionnelle, rendue possible grâce au Raid Latécoère », relate René Pavaud participant du Raid et récemment breveté.

 

Cette année, il s’agissait de la quatrième fois que le Raid Latécoère se rendait en Amérique du Sud. L’événement est désormais connu, reconnu et attendu par les autorités locales, militaires et aéronautiques. Les réceptions à chaque escale en témoignent !

14 équipages se sont relayés sur les branches Montevideo – Santiago du Chili / Santiago du Chili – Atacama / Santiago du Chili – Ushuaïa – Montevideo / Montevideo – Natal – Santiago du Chili.

Les aléas météorologiques et les caprices du volcan Calbuco dans le sud du Chili, rendant impossible la traversée de la Cordillère des Andes, ont quelque peu modifié le trajet envisagé, sans toutefois perturber l’ambiance chaleureuse et les ambitions du Raid.
Les merveilleuses rencontres, les échanges culturels et les nombreuses visites et découvertes tant aériennes que terrestres (la Maison des Pilotes de l’Aéropostale à Rio Gallegos en Argentine, le Musée de l’Air de Santiago du Chili, les escales mythiques comme Natal, Porto Alegre, Florianopolis,…) ont su combler l’ensemble des participants !

La présence d’un équipage argentin, ainsi que d’un équipage brésilien auront sans aucun doute stimulé encore davantage l’atmosphère déjà propice aux échanges.

Comme le souligne Benjamin Vignal, participant sur la « branche » Brésil, « le Raid Latécoère permet d’effectuer des vols magnifiques que nous n’aurions jamais entrepris individuellement, mais surtout de découvrir des escales et des sites historiques (les hangars d’époque, les aérodromes, les hôtels…) extrêmement symboliques pour un pilote. Revenir sur les traces des pionniers de l’Aéropostale, c’est exceptionnel ! Le Raid nous apporte aussi beaucoup humainement. Ces partages et ces liens qui se créent, tout cela est très fort ».

 

Prochains rendez-vous du Raid Latécoère :

  • Raid Hydravions : du 5 au 13 septembre 2015.
  • Raid Africain : du 2 au 17 octobre 2015.
  • Raid Amérique du Sud 2016 : avril à juin, avec un trajet qui se poursuivra au Chili, au Pérou et en Guyane. Le Raid sera l’invité privilégié de l’anniversaire des 100 ans de l’Aviation au Pérou, le 4 septembre 2016.

 

Le Raid Latécoère 2015 s’internationalise !

« L’Aérien pour relier les Hommes », telle était l’idée de Pierre-Georges Latécoère, en créant la première ligne aérienne transcontinentale de Toulouse à Santiago du Chili. Cette idée est également la ligne directrice du Raid Latécoère. Et cette année, le Raid semble suivre plus que jamais cette voie.

En effet, outre des équipages français, des pilotes africains, argentins et brésiliens participeront au Raid en Afrique.

Une expérience nouvelle et une preuve d’internationalisation du Raid Latécoère.

Les mots du pionnier de l’Aéropostale prennent ainsi tous leurs sens…

Comme le souligne Abdelmoula Mounjid, pilote de l’aéroclub de Tit Mellil au Maroc, participant au Raid africain l’an dernier et également inscrit pour celui de cette année : « Ces vols furent évidemment pour nous une occasion de découvrir, d’en haut, les formidables paysages de nos provinces du sud, le Sahara marocain. Mais surtout, avec les différents équipages engagés dans le Raid Latécoère, nous avons passé des moments inoubliables, dans un cadre fraternel, entre aventuriers et passionnés de l’aviation

raid internationalCarlos Rendo, pilote privé argentin a participé au Raid en Amérique du Sud l’an dernier. De nouveau inscrit cette année, il participera également au Raid en Afrique. Pour lui, « le Raid Latécoère permet d’effectuer des vols que nous n’aurions pas entrepris individuellement et de survoler des paysages d’exception. Evidemment, il offre la possibilité de revenir sur les traces des pionniers de l’Aéropostale et de découvrir des sites historiques (les hangars d’époque, les aérodromes, les hôtels…) Mais ce que je retiens surtout, c’est l’expérience humaine, les rencontres, les échanges culturels. Il s’agit d’une occasion unique de rencontrer des pilotes locaux et de partager avec eux des anecdotes aéronautiques et des instants conviviaux. Ces contacts humains, ces partages, ces liens qui se créent voilà quelque chose d’exceptionnel. »

Mario Pinho, pilote privé brésilien soutient l’organisation du Raid en Amérique du Sud : « Pouvoir apporter mon aide, fournir des informations concernant les terrains où il est préférable d’atterrir, les meilleures routes à suivre, où refueler au moindre coût,… voilà une belle satisfaction. Le Raid Latécoère est par ailleurs une superbe opportunité pour échanger nos expériences de pilotes et découvrir des sites que nous ne soupçonnions pas. Et nous avons parfois cette curieuse sensation de ressentir de ce qu’ont pu vivre les pionniers… ! »

 

Dernières places pour le Raid en Amérique du Sud !

Le Raid Latécoère 2015 débutera par les escales sud-américaines.

Les équipages se succéderont par période d’une ou deux semaine(s), de fin mars à mi-juin. Les participants décolleront de Montevideo pour parcourir les escales mythiques de l’Aéropostale (Buenos-Aires, Mendoza, Santiago, Asuncion, Natal, Rio de Janeiro, Santos, Florianopolis, Commodoro, Rio Gallegos, Ushuaïa,…)

Deux nouveautés au programme cette année :

Ø  Le Raid rejoindra Atacama au nord du Chili et suivra la côte ouest jusqu’à Ushuaïa.

Ø  Des équipages argentins et brésiliens accompagneront les européens sur ces traces mythiques.

Au programme de ce tracé historique : des manifestations culturelles, le survol du Rio de la Plata, la Pampa, la cordillère des Andes, le désert de sel, les chutes d’Iguazu… !

Raid Latécoère Amérique du Sud 2

Les trajets et places encore disponibles :

·         21 mars au 3 avril : Montevideo-Mendoza-Santiago du Chili-Asuncion-Iguazu-Posadas-Montevideo (3 avions)

·         11 au 24 avril : Montevideo-Atacama-Santiago du Chili (1 avion)

·         25 avril au 12 mai : Santiago du Chili-Ushuaïa-Montevideo (complet)

·         16 au 29 mai : Montevideo-Natal (2 avions)

·         30 mai au 12 juin : Natal-Montevideo (2 avions)

Raid Latécoère Amérique du Sud 1

Ce Raid est accessible à tous pilotes, ou non, expert ou élève.

Suivre les traces des pionniers des Lignes Aériennes Latécoère et Aéropostale est désormais possible grâce au Raid Latécoère !

Dorine Bourneton, marraine du Raid Latécoère 2015

Dorine - photo de Lucas Soubigou MariePhoto : Lucas Marie Soubigou

Victime d’un accident d’avion à l’âge de 16 ans, Dorine Bourneton perd l’usage de ses jambes. De cette tragédie, Dorine a su tirer une force intérieure propre à surmonter tous les obstacles. A vingt ans, elle obtient son brevet de pilote. Puis elle réussit, par sa capacité de persuasion auprès des autorités, à faire évoluer la réglementation aéronautique française en permettant aujourd’hui à des personnes handicapées des membres inférieurs de pouvoir accéder à la licence de pilote professionnel. Fondatrice de la « commission Pilotes Handicapés » de l’Aéro-club de France, elle se lance aujourd’hui dans la voltige aérienne, un défi collectif et ambitieux puisqu’aucune femme paraplégique n’est devenue pilote de voltige auparavant.

« A l’heure où le lien entre les communautés est devenu l’enjeu majeur de notre avenir, l’héritage laissé par Pierre-Georges Latécoère est le plus précieux qui soit ; son souhait de voir l’aérien relier les hommes, sa volonté d’établir un trait d’union entre les peuples apparait aujourd’hui comme la plus belle et la meilleure des réponses à apporter aux jeunes générations.

Notre idée est irréalisable disait Pierre-Georges Latécoère, il ne reste plus qu’à la réaliser… Cette phrase m’a littéralement portée lorsque j’ai voulu devenir pilote de voltige. C’est pourquoi je suis extrêmement honorée et profondément émue d’être cette année la marraine du Raid Latécoère.

Maintenir l’esprit de Latécoère à travers ce raid aérien est bien plus qu’une tradition qu’on célèbrerait, bien plus qu’une page de l’histoire de l’aviation qu’on ferait revivre, c’est d’abord et avant tout un message d’humanisme que chaque participant apporte à un monde qui semble perdre ses repères.

A travers cette ligne mythique de l’Aéropostale mise en place par des pionniers au prix d’un héroïsme exceptionnel et parfois même de larmes, à travers chacune de ces étapes qui a fait rêver des générations d’aviateurs et de lecteurs passionnés, à travers cet état d’esprit toujours vivant qui prouve que des peuples apparemment éloignés peuvent se rapprocher, le Raid Latécoère demeure le symbole même de ce que la volonté, le courage et la ténacité permet.

Ensemble faisons de ce Raid Latécoère 2015, une aventure humaine tournée vers les autres et une passerelle vers l’avenir pour les jeunes générations de chaque pays… », Dorine Bourneton, marraine du Raid LATECOERE 2015.